Le financement des activités commerciales aux États-Unis n’est pas toujours aisé. Les entreprises qui décident d’attaquer ce marché doivent tenir compte de facteurs de risque tels que les délais et les défauts de paiement de la part de leurs clients américains, et donc faire preuve de réalisme dans leurs projections financières. Pour éviter les déceptions, le développement d’une stratégie financière détaillée est de mise.

En pratique, plusieurs entreprises ne peuvent financer seules leur projet de développement aux États-Unis. Heureusement, de nombreuses options sont à la disposition des PME pour limiter les aléas liés à la conduite d’affaires au sud de la frontière.

Financer la prospection aux États-Unis

Dans le cadre de la mise en œuvre de votre plan d’affaires international, il sera important de vous renseigner sur les programmes de financement à des fins de prospection aux États-Unis offerts par les organismes suivants :

 

Vous pouvez également consulter les organismes ci-dessous pour évaluer les options qui s’offrent à vous pour financer vos activités de prospection aux États-Unis :

 

Il est également indiqué de vérifier si des associations sectorielles ou des organismes de promotion des exportations dans votre secteur d’activité proposent des activités reliées au financement d’activités aux États-Unis, par exemple :

Préparer ses premières commandes aux États-Unis

Dans un premier temps, il vous faut :

  • Évaluer vos besoins de financement sur un horizon de quelques mois pour vos ventes aux États-Unis;

  • Préparer un budget (trésorerie et investissement) qui tienne compte de la fluctuation de la devise canadienne par rapport à la devise américaine; Discuter avec les institutions financières avec lesquelles vous faites affaire des différentes options à votre disposition pour financer vos premières commandes provenant des États-Unis;

  • Obtenir éventuellement les conseils d’un spécialiste pour mesurer votre exposition au risque de change par rapport au dollar américain.

 

Votre budget en main, vous pourrez ensuite contacter les organismes suivants afin d’en apprendre davantage sur les produits financiers pouvant faciliter vos affaires aux États-Unis :

 

Desjardins vous aide à prendre de l'expansion sur la scène internationale en vous conseillant et en vous proposant différents programmes de financement. Une multitude de produits et d'instruments de paiement sont aussi mis à votre disposition pour financer et sécuriser vos transactions à l'importation ou à l'exportation.

 

Dans le but de soutenir et encourager le commerce extérieur du Canada, Exportation et développement Canada offre enfin de nombreuses solutions d’assurance, de financement et de cautionnement aux exportateurs, de même qu’à leurs acheteurs étrangers.

CONSEIL PRATIQUE

Même si les créances peuvent représenter l’un des actifs les plus importants du bilan, on néglige souvent de les assurer. Saviez-vous que vous pouvez couvrir toutes vos créances étrangères aux États-Unis au moyen d’une assurance crédit ?

COMMENT VOTRE ENTREPRISE PEUT OFFRIR LE NANTISSEMENT EXIGÉ POUR LES GARANTIES, SANS COMPROMETTRE SON FONDS DE ROULEMENT ?

Lorsque vous faites affaire à l’extérieur du Canada, vos clients étrangers peuvent exiger divers types de garanties avant de conclure un contrat pour la fourniture de vos biens ou la prestation de vos services. C’est votre banque qui émet ces garanties à votre client, sous forme de lettre de crédit de soutien (LC) ou de lettre de garantie (LG), qui représentent un pourcentage du montant contractuel. Pour en savoir plus, consultez le livre blanc d'EDC.

Pratiques en matière de financement aux États-Unis

En matière de financement et de transactions aux États-Unis, plusieurs pratiques et réalités sont utiles à connaître :

  • La lettre de crédit demeure un outil largement employé dans les transactions avec les États-Unis. Il peut donc valoir la peine de vous familiariser avec son utilisation et ses composantes. N’hésitez pas à en discuter avec votre banquier.

  • De nombreuses institutions bancaires aux États-Unis sont de petite taille et, par conséquent, n’ont pas la rapidité d’exécution des banques canadiennes. Par exemple, plusieurs banques américaines ne sont pas en mesure de traiter rapidement des lettres de crédit électroniques. Cette réalité peut entraîner des délais de financement et de paiement auxquels vous devez vous attendre lors de vos transactions avec vos partenaires américains.

  • La relative stabilité du taux de change entre les dollars américain et canadien peut laisser croire que le risque de change est limité pour les exportateurs québécois et canadiens. Ce risque doit cependant être géré à l’aide d’outils spécifiques (compte en devises américaines, contrats de change à terme, etc.) car même une légère fluctuation du taux de change peut entraîner des répercussions importantes sur vos marges.

CONSEIL PRATIQUE

Si l’exportation de biens et services sur des marchés étrangers peut servir de tremplin à la croissance d’une entreprise, il faut toutefois savoir en gérer les risques. Pour prendre des décisions éclairées, vous devez posséder une connaissance approfondie de sujets comme les politiques de change, la fluctuation de change et la gestion du crédit et du flux de trésorerie.

Recommandations

  1. Préparez un budget, même préliminaire, afin de déterminer vos besoins de financement pour vos activités aux États-Unis.

  2. Renseignez-vous sur les programmes étatiques de financement à votre disposition pour vos activités aux États-Unis et vérifiez s’il est souhaitable pour vous et votre équipe de suivre une formation dans le domaine.

  3. Faites jouer la concurrence. En matière de produits de financement destinés aux exportateurs québécois et canadiens vers les États-Unis, de nombreuses institutions publiques et privées ont une offre large, mais relativement semblable. N’hésitez pas à contacter plusieurs institutions afin d’identifier celles qui offrent les conditions les plus avantageuses pour votre entreprise.

  4. Vérifiez si votre institution financière locale est en mesure de financer les commandes de vos acheteurs américains si ces derniers en font la demande.

  5. Vérifiez si votre institution financière locale offre une assurance en cas de défaut de paiement de la part d’un client américain. Avec la croissance de vos affaires aux États-Unis, il pourrait être intéressant de vous prévaloir d’une telle protection.

QUELS SONT LES RISQUES LIÉS AU COMMERCE INTERNATIONAL ET COMMENT LES GÉRER ?

Votre entreprise doit gérer les risques liés à vos activités locales, mais aussi ceux liés à vos activités à l'international : risques de change, risques de crédit, risques liés à la propriété intellectuelle, risques de transport, risques liés à l'éthique, etc. Rassurez-vous, plusieurs moyens sont à votre disposition pour limiter les impacts sur vos affaires.

Pour en apprendre davantage sur les différents modes de financement et de paiement et la gestion de risques, consultez le guide Prospérer aux États-Unis d’EDC.

Découvrez également comment la gestion du risque de change peut libérer votre flux de trésorerie en cliquant ici.

Finalement, pour des renseignements sur le financement de votre croissance à l’étranger, consultez le livre blanc d'EDC .